Le désastre annoncé du Mediator

Il y a eu le Vioxx, le Cholstat, maintenant, c’est le tour du Mediator. 500 morts au minimum selon l’étude de la Caisse nationale d’assurance maladie rendue publique en novembre 2010. Sans même parler des patients qui souffriront à vie d’effets secondaires très lourds. Rien de très étonnant, malheureusement, quand on s’est penché sur l’organisation de notre système de santé. Les Médicamenteurs décrivent tout le processus de mise sur le marché des médicaments, ainsi que leur suivi en « vie réelle » dans le corps de patients. Et toutes les bases de ce désastre y sont décrites par le menu. Nos instances ont été incapables de détecter les médicaments dangereux. C’est l’incroyable détermination d’une femme, Irène Frachon, médecin pneumologue au CHU de Brest qui a permit de faire éclater au grand jour cette affaire.

On peut lire l’excellent éditorial du Formindep, qui replace l’ « affaire Mediator » dans le contexte plus global de notre système de santé.